full screen background image

Service d’ophtalmologie : l’œil vitrine de l’organisme

« Tout ce que nous faisons en ophtalmologie, c’est pour  éviter la cécité ». C’est ainsi que le Pr Nonfounikoun Méda aperçoit  la principale  mission du service d’ophtalmologie, dont il tient les manettes depuis 17 ans.

meah2

« La cataracte est une opacification du cristallin, qui survient le plus souvent avec l’âge. Au Burkina, à partir de 60 ans, le cristallin s’opacifie chez plus de 75% des patients », révèle le Pr Méda

« L’ophtalmologie est la branche de la médecine qui s’occupe de l’étude de la composition de l’œil, de son fonctionnement et du traitement de ses maladies », définit brièvement le Pr Méda, sa spécialité. Outre le traitement, « nous pouvons faire un bilan de l’œil et informer   un sujet sur l’état de santé  de son œil », ajoute-t-il. Pour quelles raisons, les usagers viennent voir les ophtalmologues ?

Principaux  motifs  de consultations

Dans le service du Pr Méda, les principaux motifs de consultations sont majoritairement de deux ordres : les vices de réfractions et les irritations oculaires

La première cause des consultations vient  la nécessité de  pour les gens « protéger les yeux avec des verres, ou d’avoir une hygiène de vie », après une expertise suite    Cela  après qu’ils eurent «Les yeux  piquent, grattent ou encore ne voient pas bien……… ». Après expertise, Il se peut également que  cela soit dû à «  une maladie sous -jacente».

Dans la plupart de ce dernier cas, il s’agit notamment des  cataractes. « La cataracte est une opacification du cristallin. Elle  survient le plus souvent avec l’âge. Au Burkina, à  partir de 60 ans, le cristallin s’opacifie chez plus de 75% des patients » révèle l’ophtalmologue.  Cependant, il y a des enfants qui présentent cette pathologie, congénitalement. Il arrive que la cataracte soit causée par  la rubéole, une maladie due à une infection virale. La fréquence des cataractes due à la rubéole au Burkina est telle qu’il faut songer à prendre des actes de prévention primaire,  conseille le Pr Méda

Chez les enfants, la cataracte ne permet pas la découverte de l’environnement . L’ophtalmologiste préconise de déboucher cette opacification du cristallin afin de  permettre à l’enfant d’apprendre la vie dans de meilleures conditions.

Outre la cataracte, ce sont les traumatismes qui viennent en deuxième rang des causes de consultation. Il s’agit des traumatismes violents pouvant perforer l’œil, ou engendrer une modification  de la structure  du globe oculaire.  « Dans les deux cas, l’ophtalmologiste n’a d’autres choix que de réparer,  parfois avec succès. Cependant  quand le traumatisme est trop violent,  les résultats ne sont pas trop bons »,  confie le chef de service.

Structuration du service

Avec un effectif total de 31 agents dont 5 médecins ophtalmologistes, le service d’ophtalmologie  compte trois unités. L’unité de segment antérieur  qui s’occupe de la partie visible de l’œil qu’est  la corné et l’unité segment postérieur où se font les explorations fonctionnelles, et la dernière  unité où se mènent les activités de  soins.

A noter que la plupart des  malades   sont pris en charge en ambulatoire, c’est-à dire qu’ils  viennent se faire traiter  et repartent  chez eux. « Cela représente environ 75 à 80% de notre activité » révèle  le chef de service. Les  cas  très graves sont  hospitalisés  d’emblée.  Pour les  infections graves avec du pus dans l’œil, il  faut faire un traitement l’antibiotique.

Projets de diversification des prestations

medah

Notre projet c’est la mise en place d’une unité d’optométrie, en plus d’ un atelier de fabrication des verres qui reviendraient moins chers à la population», ambitionne le chef de service

Parvenir à opérer le  décollement de la rétine constitue l’un des  projets auquel aspire le service.  «  Actuellement nous n’opérons que la cataracte alors que nous avons beaucoup de malades qui sont hospitalisés pour décollement de rétine », regrette le premier responsable de l’Ophtalmologie.  Le  Pr Zabsonré (adjointe du Pr Méda)   est en train de mettre en place une unité destinée à opérer  décollement de la rétine. A cet effet, un agent est en formation au CHU- de  Clermont-Ferrand.   L’opération du  décollement de la  rétine sur place est plus avantageuse, car « quand nous évacuons les patients,  les résultats sont souvent mauvais », dévoilé-t-il.

Aussi, l’équipe de Pr Méda s’active pour la mise en place d’une unité d’optométrie qui sera avantageusement complétée « un atelier de fabrication des verres qui reviendraient moins chers  à la population.»

Les pratiques traditionnelles néfastes

Les cils, les lentilles font de plus en plus parties de la panoplie d’instruments que les filles utilisent pour mettre en valeur leurs yeux. Cependant, les Pr Méda et Zabsonré conseillent de prendre des précautions strictes d’hygiène  à celles qui ne peuvent pas s’en passer. « on utilise la colle pour les coller donc il faut faire très attention à ne pas mettre dans les yeux », prévient le Pr Zabsonré,. Pour les lentilles, « il faut avoir les mains propres pour les manipuler. Il ne faut surtout pas se passer les lentilles entre filles parce que deux individus distincts n’ont pas les mêmes microbes et donc, pas la même immunité » préconise le Pr Zabsonré. Si ces précautions ne sont pas respectées cela peut rendre aveugle.

Ces manipulations, que le Pr Méda inclus dans les pratiques traditionnelles néfastes, côtoient d’autres plus anciennes et aussi dangereuses comme le nettoyage des yeux avec la langue. Et le Pr Zabsonré de se souvenir. Il y a quelques années on a vu à la télé une guérisseuse qui mettait sa langue dans l’œil pour enlever les soit disant maladies parce que sa langue est plus guérissable qu’autre chose. Ce ne sont que des microbes qu’elle mettait dans les yeux. Les malades ne peuvent s’en sortirent qu’avec des infections qui peuvent aboutir à la cécité. Et pour cause « la bouche est la cavité naturelle la plus sale de l’organisme qui contient le plus grand nombre de microbes » renchérit le Pr Meda avant d’aller pour une anecdote.

« Quand je commençais en 1993, il y a un élève de 3e qui avait quitté Ouagadougou pour aller se faire établir son acte de naissance dans sa ville natale. Il a eu une petite pluie et quelque chose est rentrée dans son œil. Arrivé, sa grande mère à lécher l’œil et 5 jours après, il nous a été amené avec une panoplamie.  Il a perdu l’œil. C’est ce que j’ai eu comme cadeau quand je suis arrivé et cela m’est resté dans la tête » confie-t-il. C’est pourquoi, le Pr Méda conseille une hygiène des yeux.

oph

Avec l’ angiographe, le service du Pr Meda réalise des examens poussés en vue de diagnostiquer différentes pathologies de l’ œil

La première hygiène de vie qu’il conseille aux gens c’est d’avoir les yeux propres. « C’est une mesure d’hygiène de vie qui est  formulée dans les soins de santé primaires, comme « se laver la figure chaque matin » dit-il. Ensuite, il faut vérifier que les yeux voient. Il est possible de le faire en fermant un œil, puis l’autre. « Il y a beaucoup de gens qui découvrent que l’œil a des problèmes rien qu’en faisant cela » fait-il remarquer. Et puis il souhaite que les gens viennent les voir avant qu’il ne soit trop tard. « Nous avons des examens qui ont pour rôle de vérifier si une  personne voit bien ». Il y a par exemple la mesure de l’acuité visuelle qui est appliquée dans le recrutement des travailleurs (avoir au moins 8/10 pour être recruté, avoir au moins 8/10 pour conduire) ce sont des mesures préventives qui peuvent être mises en œuvre dans toute structure de soins.

Message aux usagers

Parce que la santé de vos yeux est importante,  le chef de service vous félicite pour l’attention grandissante que vos accordez à vos problèmes oculaires. « Il y a déjà des progrès. Je suis la depuis 17 ans et les problèmes oculaires sont de plus en plus pris au sérieux » s’est exprimé le premier responsable du service. Toutefois, pour les aider à vous prendre en charge de manière plus convenable, le Pr Meda préconise un certain nombre de comportement à adopter par les usagers. « Nous demandons aux usagers d’être patients. Les gens ont tendance à dire  il faut jeter un coup d’œil sur leur  œil pour faire le diagnostic. Alors que le temps minimum pour un examen ophtalmologique est légèrement plus long qu’un examen clinique normal. L’œil est tout rond, il est caché par les paupières, nous sommes obligés de passer par des moyens détournés pour cerner sa réalité. Aussi, nous mettons parfois des gouttes dans l’œil d’un malade pour dilater la pupille afin de mieux voir à l’intérieur. Il y en a qui ont des pupilles qui ne dilatent pas bien. On met la goutte, au bout de 30mn, sa pupille n’est pas dilaté et il se plaint parce qu’on ne l’a pas encore vu alors que c’est sa pupille qui ne dilate pas. Nous les félicitons de s’inquiéter pour la santé de leur yeux , mais occuper de leurs yeux mais, il faut qu’ils sachent qu’il y a des contraintes techniques », a conclu  le Pr Méda.

Les tarifs des prestations

 

Actes Tarifs
Examen de la périphérie rétinienne 3.500
Examen de la Diplopie 3.500
Autres actes Ophtalmologiques sous A.G 5.250
Extraction extra capsulaire du cristallin par aspiration/irrigation 21.000
Discision ou excision de cataracte secondaire 21. 000

 

Exploration fonctionnelle

Champ visuel (cv) automatique 15.000 F CFA
Champ visuel de Goldman 3.500 F CFA
Test de Hess Lancaster 7.000 F CFA
Test au verre rouge 3.500 F CFA
Réfractométrie automatique sans skiacol 2.000 F CFA
Réfractométrie automatique sous skiacol 4.000 F CFA
Bilan orthoptique 3.500 F CFA
Rééducation orthoptique 2.500 F CFA par séance
Vision des couleurs 3.500 F CFA
Traitement par le laser 25.000 F CFA par séance
Angiographie à la fluorescéine 30.000 F CFA
Rétino photo 15.000 F CFA
Photographie de la papille 15.000 F CFA
Suture paupière 3.500 F CFA

 

Le saviez-vous

Au Burkinabé il y a 25 ophtalmologistes dont 23 sont activité.

Avis aux filles. Avec le climat de poussière au Burkina, les lentilles ne sont pas très conseillées.

Une opération de la cataracte dure en moyenne 20 à 30 mn chez l’adulte et une bonne heure quand il s’agit de l’enfant.

Pour l’opération de la cataracte au CHU-YO, on enregistre un taux de succès compris en 90 et 95%

 

Service Communication




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *