full screen background image

Centre d’hémodialyse : Le Gouvernement au secours des dialysés

Informer l’opinion nationale sur les changements notables induits par la subvention financière accordée par le Gouvernement  pour  la prise en charge des dialysés.  C’est le but de la visite guidée organisée ce vendredi 27 septembre 2013 par le CHU-YO dans son centre d’hémodialyse.

nep dg

« En produisant l’acide localement cela nous évitera de connaître des ruptures de ce liquide précieux en dialyse, causées par de longues procédures d’acquisition dudit produit qui nous vient de l’extérieur», souhaite le directeur général

La  société burkinabé est en pleine mutation se caractérisant par une forte transition vers la modernité,  avec à la clé  des changements de modes alimentaires et de vie. Il s’ensuit que « certaines  pathologies chroniques, longtemps considérées comme l’apanage des pays nantis, sont malheureusement en train de connaître une expansion dans les pays en voie de développement comme le nôtre», a souligné d’entrée, le premier responsable du CHU-YO, Robert Sangaré.  Et de préciser qu’il s’agit  « des  maladies  diabétiques  et  cardiaques qui, non seulement gagnent du terrain, mais  aboutissent à l’insuffisance rénale, dont la  complication nécessite parfois le recours   à la dialyse, pour sauver le malade. »

Le traitement par la dialyse a la particularité d’être à la fois physiquement et psychologiquement éprouvante, mais surtout financièrement coûteuse. Au regard de ces  contraintes, le Gouvernement,  en 2012, a accordé directement sa subvention annuelle d’un milliard de FCFA  au CHU-YO, pour contribuer à  soulager un tant soit peu les patients dialysés.

Une fois la subvention reçue «  nous avons mis en place un comité de gestion dans lequel siègent les représentants des dialysés. Des propositions de nouvelles tarifications ont alors été faites  et  qui prennent en compte les préoccupations de ces derniers», a indiqué le directeur général. La  nouvelle  grille tarifaire adoptée  a permis  donc de revoir   à la baisse les coûts des  différentes prestations.

nep koulibaly

Après avoir expliqué les causes et les manifestations de l’insuffisance rénale dont le traitement nécessite la dialyse, le Dr Gérard Coulibaly a donné des conseils de prévention

Ainsi, pour les cas aigus, (cas à fort taux de réversibilité à partir de 02 ou 03 séances), la tarification passe de 71.725 FCFA à 15.000 FCFA. Avec la subvention, les cathéters qui coûtent 25.000 FCFA sont maintenant donnés gratuitement aux patients. Un kit  (consommables et médicaments) de plus de  45.000FCFA est   cédé gracieusement au patient, à chaque séance.  La tarification des cas chroniques, c’est-à-dire ceux qui font la dialyse à vie, est désormais fixée à 50.000 FCFA par séance pour les nationaux. Du reste, le forfait qui était de 750.000 FCFA a été ramené à 500.000 FCFA avec des possibilités de payement en deux ou trois tranches.

La prise en charge des patients ne doit pas être  appréhendée  uniquement du point de vue du traitement. Elle englobe  un ensemble de commodités. C’est  pourquoi un groupe électrogène de grande puissance a été acquis par le CHU-YO pour pallier les éventuelles coupures d’électricité. Car une coupure brusque et longue d’une dizaine de minutes peut causer des désagréments.

En vue d’être autonome et de pouvoir disponibiliser  régulièrement  l’acide, (qui est beaucoup utilisé  en dialyse), le CHU-YO a  envoyé une mission au  Bénin, courant juin dernier,  pour s’inspirer de leur modèle de production  locale d’acide. L’ambition, « c’est d’arriver un jour à produire  nous-mêmes, l’acide. Ce qui nous évitera de connaître des ruptures de ce liquide précieux en dialyse, causées par de  longues procédures d’acquisition dudit  produit qui nous vient de l’extérieur».

Un magasin de stockage des consommables de dialyse à côté du Centre d’hémodialyse est  en train  d’être construit pour rapprocher les produits des  malades.  Mieux, il est prévu dans ce bâtiment, un bloc opératoire pour la réalisation des fistules, et des salles de formation et de réunion.

Enfin un foyer  permettant  aux dialysés de se restaurer sur place sera également édifié afin de leur offrir des repas spécifiques adaptés à leur situation.

nep presse

Les hommes et femmes de medias, au cours de la rencontre

Pour le représentant de l’association des dialysés M. Dramane Paré, les efforts déployés sont appréciables, néanmoins il  estime  avoir toujours besoin d’aide, surtout en termes d’augmentation du nombre  des générateurs (une trentaine pour 170 malades) et du  personnel soignant. La question de l’insuffisance du personnel  pourra trouver sa solution à travers  la récente politique étatique de formation des spécialistes en médecine.

Les  dialysés ont salué l’esprit d’écoute du premier responsable du CHU-YO qui « prête une oreille attentive à toutes nos doléances. »  Pour ce dernier, avec l’appui du Gouvernement d’  éventuelles autres  actions viendront davantage améliorer le quotidien des malades dialysés.

 

Service Communication




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *