full screen background image

Visite du comité d’experts de l’ONU au CHU-Yalgado Ouédraogo : « Un exemple de bonne utilisation de la radioactivité », dixit Nicolas Kasprzyk

Une délégation d’experts du comité du Conseil de sécurité des Nations Unies, a, au cours de sa mission  de travail au Burkina, visité le service de médecine nucléaire du CHU-Yalgado Ouédraogo, le lundi 11 novembre 2013, à partir de 16heures. Cette visite entre dans le cadre de la mise en oeuvre de la résolution 1540 portant sur la lutte contre la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques.

La résolution 1540,  adoptée par le Conseil de sécurité en 2004 vise à prévenir la prolifération des armes de destruction massive par des acteurs non-étatiques. Il résulte de cette résolution deux exigences :

– l’obligation pour  Etats d’adopter une législation destinée à prévenir la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques ainsi que leurs vecteurs ;

-et la nécessaire  mise  en place des dispositifs intérieurs de contrôle appropriés afin d’en empêcher leur  trafic international.

mn1

Le directeur général du CHU-YO Robert Sangaré (milieu) a traduit les gratitudes de ses supérieurs hiérarchiques aux experts de conseil de sécurité de l’ ONU

Engagé  à soutenir les Etats dans la mise en œuvre de cette résolution, le Conseil de sécurité  organise des missions de «  facilitation et d’assistance » dans les Etats membres. D’où   la présence de ces experts au Burkina, qui  ont mis a profit leur séjour pour visiter  le service de médecine nucléaire qualifié  «  d’un bon exemple dans l’utilisation pacifique de la radioactivité ». Précisions du chef service de la médecine nucléaire,  le Pr Théophile Lincoln Tapsoba : « nous utilisons la radioactivité à des fins de diagnostic. La radioactivité permet de voir le fonctionnement des organes ». Le DG du CHU-Yalgado Ouédraogo, Robert Sangaré  s’est réjoui du fait qu’à travers l’Agence Intergouvernementale Energie Atomique (qui est démembrement de l’ONU) , son établissement ait pu bénéficier d’un service de médecine nucléaire, ouvert depuis 2012 , permettant ainsi  d’accroître les capacités de diagnostic du CHU-YO dans le domaine médical.

mn 2

Le chef de service de la médecine nucléaire donnant des explications sur le fonctionnement de son service aux visiteurs

Les visiteurs d’un soir ont, par la voix de Nicolas Kasprzyk, exprimé leur satisfaction. Car, a-t-il dit  « nous avons vu ici des personnes engagées qui mettent le nucléaire au service du bien collectif. Nous avons vu également  des comportements professionnels et responsables. En outre, nous avons entendu des choses très intéressantes qui s’inscrivent dans la perspective de la résolution 1540, comme le souhait de développer les coopérations au niveau régional, de  développer les compétences humaines au plan national avec la formation des médecins nucléaires, et  d’autres personnels essentiels ».

L’essentiel du  reste des activités du comité d’experts au Burkina,  sera principalement consacré à faire le point des  mesures déjà prises pour mettre en œuvre la résolution 1540 du Conseil de Sécurité.

Service communication




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *