full screen background image

Santé mentale : Deux congrès pour dégager des pistes de solutions face à la recrudescence des troubles mentaux.

Le premier congrès de la Société Africaine de Santé Mentale (SASM) couplé au quatrième congrès de la Société Burkinabè de Santé Mentale (SBSM) s’est ouvert ce mardi 04 février 2014 sous le thème principal « transitions et psychopathologie ». La cérémonie d’ouverture présidée par le premier ministre Luc Adolphe Tiao a enregistré la participation d’éminentes personnalités du monde de la santé.

s mentale1

Le premier ministre Luc Adolphe Tiao ( troisième à partir de la gauche) lors de la cérémonie d’ouverture

La modernité s’accompagne de nouveaux modes de vie en contradiction avec les systèmes et normes d’antan. En témoigne la destruction de l’architecture familiale fondement de l’organisation et de l’apprentissage des valeurs régissant la société. En effet, il est de plus en plus question d’homosexualité, d’homoparentalité, de familles désunies, de familles recomposées etc. Ces bouleversements sont sources de problèmes sociaux tels que la violence, le suicide, la prostitution qui interpellent les professionnels de la santé mentale. C’est donc dans le but de  permettre des échanges d’expériences et de pratiques susceptibles de contribuer à une meilleure approche des problèmes de santé mentale dans ce contexte de changements que les professionnels venus de 11 pays africains  et  de la France se réunissent en congrès du 04 au 07 février.

Ce congrès est aussi l’occasion de renforcer le plaidoyer en faveur de la dimension santé mentale dans les plans nationaux de santé en particulier et dans les programmes de développement en général. Le ministre burkinabè de la santé a ainsi salué la contribution des professionnels à l’éclairage des pouvoirs publics sur les meilleures stratégies de prévention et de prise en charge. « Je vous exhorte à toujours être une force d’expertise pour les États africains sur les questions touchant la santé mentale et les problèmes connexes » s’est exprimé Lené Sebgo. Le premier ministre s’est dit satisfait de la tenue de ces instances. Aussi, il en attend énormément : « nous attendons beaucoup de ces deux congrès que l’on nous fasse des recommandations pour mettre davantage en œuvre nos plan de promotion de la santé mentale ».

Le thème principal ainsi que les sous thèmes qu’il renferme sera discuté à travers des conférences plénières, des tables rondes et des sessions de formations continues. Et ce ???????????????????????????????pendant les 4 jours que durera le congrès.». Par ailleurs, les professionnels ont lancé un appel aux populations à faire fi des discriminations, des stigmatisations, des débats sur les origines mystiques de ces troubles en recourant chaque fois que de besoin  à des services de soins spécialisés. Les troubles mentaux constituent des problèmes graves de santé et sont coûteux, en termes de prise en charge. C’est pourquoi il convient d’éviter d’allonger inutilement l’itinéraire de la prise en charge à travers la fréquentation de maisons de  charlatans ou de marabouts.

Quelques chiffres

12, 5% de la morbidité mondiale est due à des troubles mentaux

20% des enfants et adolescents dans le monde présentent des troubles ou des problèmes mentaux.

Dans le monde, les troubles mentaux causent le suicide de 900 000 personnes chaque année.

Source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

 Service communication




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *