full screen background image

CHU-YO : un arrêt de travail de 24 heures pour protester contre une nouvelle agression d’agents de santé

Un médecin des urgences traumatologiques et deux soignants ont été agressés ce 4 juin 2017, au sein du service des Urgences Traumatologiques du Centre Hospitalier Universitaire-Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), par des accompagnateurs d’un blessé. En réaction à cette agression, la sous section  CHU-YO du syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) débraye ce 05 juin 2017.

Tous les agents du CHU-YO ont immédiatement adhéré au mot d’ordre lancé par le Syndicat. Par petits groupes, dans les services ou devant, les agents de santé discutent de cette énième agression. Le blessé de la discorde , un jeune homme, qui est arrivé vers 22 heures ce dimanche 04 juin (il aurait  été percuté par un jeune cascadeur sur moto vers la ZAD à Ouaga) UTavec un traumatisme crânien sévère et convulsait. Le personnel des urgences traumatologiques a fait de son mieux pour le prendre en charge (avec un pronostic vital engagé). Mais l’état du blessé a commencé à devenir instable et les gestes de réanimation ont été sans succès, malheureusement.

Le patient ayant donc succombé à ses blessures, un soignant a été mandaté pour porter la triste information à la famille. Il se fera molester. Conscient du choc qu’une telle nouvelle peut occasionner, le soignant a gardé son sang-froid, et son supérieur, un médecin en spécialisation ayant entendu les voix est arrivé pour s’interposer. Il sera à son tour molesté.

Au constat de l’arrêt de travail, le directeur général après avoir exprimé toute son indignation, a condamné cette agression. Une plainte en bonne et due forme sera déposée dans la matinée même, a-t-il ajouté, pour rassurer les agents. Il a demandé et même imploré le SYNTSHA de lever le mot d’ordre d’arrêt de travail afin que des innocents ne payent pas pour les erreurs d’autres. L’assemblée générale improvisée devant la direction générale prend des allures de tribunes de protestation. Le SYNTSHA se refuse à tout compromis, et ce, malgré les explications et assurances du directeur général. Le syndicat tient mordicus, soutenu en cela par leur représentant de la section Kadiogo.

Service Communication du CHU-YO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *