full screen background image

Journée mondiale contre l’hépatite : l’association SOS hépatites aux cotés des malades d’Hépato-gastroentérologie de Yalgado

A l’occasion de la journée mondiale contre les Hépatites virales célébrée chaque 28 juillet, l’association SOS hépatites du Burkina a rendu visite aux malades du service d’Hépato-gastroentérologie du Centre Hospitalier Universitaire-Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), ce 28 juillet 2017.

une photo de la délégation de l'association venue visiter les malades de Yalgado

une photo de la délégation de l’association venue visiter les malades de Yalgado

Cette année, c’est sous le thème « Éliminer les hépatites virales au Burkina d’ici à 2030 : opérationnaliser le plan stratégique de lutte » que la journée mondiale contre l’hépatite est célébrée au Burkina Faso. La visite aux malades du service d’Hépato gastro-entérologie de SOS hépatites s’inscrit dans le cadre de son plaidoyer au gouvernement en vue d’accélérer l’opérationnalisation du plan stratégique de lutte contre l’hépatite adopté début juillet 2017. Selon Justine Yara, présidente de l’association SOS hépatites Burkina, « Cette action de plaidoyer dénommée No hep/No excuse est un signal fort à l’endroit des décideurs et des populations qu’il n’y a aucune excuse pour ne pas agir, car il est possible d’éliminer les hépatites virales. » Et elle renchérit : « L’élimination des hépatites n’est plus une utopie, mais une vision qui peut devenir réalité, à condition que la volonté politique se manifeste enfin pleinement. »

L’association souhaite attirer l’attention des autorités afin d’intensifier les mesures préventives. Car pour l’instant, l’accès au diagnostic et au traitement est très coûteux pour la majorité de la population. En effet, le dépistage varie de 2000 à 10 000 F CFA en fonction des centres de santé et le diagnostic de la charge virale, indispensable avant les soins coûte 20 000 FCFA au CHU Yalgado contre 50 000 à 55 000 FCFA dans les laboratoires privés.

En plus du réconfort aux malades et à leurs familles, l’association leur a offert des kits composés de savon, d’omo + 5 000 F CFA.

En rappel, les hépatites B et C sont des infections par des virus qui se logent dans le foie. Le virus de l’hépatite B est le plus courant au Burkina Faso avec 10% de la population voire 15% de la population touchée dans certaines régions. Il est 100 fois plus contagieux que le VIH. Il existe cependant un vaccin très efficace contre l’hépatite B et aucun, contre l’hépatite C. Il existe un traitement subventionné contre l’hépatite B au Burkina Faso.

 

Service Communication du CHU-YO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *