full screen background image

Rencontre-prise de contact: Les problèmes des Laboratoires passés au peigne fin

Entamées dès le lendemain de sa prise de service, les rencontres d’échange entre le directeur général et les services techniques se poursuivent. Ce 26 janvier 2018, Constant Dahourou était face aux agents des services du département des Laboratoires composé de l’Anatomie-pathologie, Biochimie, Bactériologie-virologie, l’Hématologie et la Parasitologie

Le directeur général, (troisième à partir de la gauche) a eu des échanges avec les acteurs des Laboratoires avant la visite terrain

Le directeur général a une vision pour l’établissement qu’il dirige: « devenir et rester le meilleur CHU au plan national en matière de soins, d’enseignement, et de recherche». Cette vision, le premier responsable du CHU-YO voudrait qu’elle soit partagée et soutenue par les acteurs des Laboratoires. Cela va de pair avec la résolution d’un certain nombre de difficultés. Globalement et de façon récurrente, la lancinante question de manque et de ruptures de réactifs plombe le fonctionnement normal et optimal des laboratoires. Il en résulte que la chaîne de production des soins est constamment perturbée, obligeant les patients à recourir à des prestations externes et à des coûts exorbitants.

Le personnel des Laboratoires s’est mobilisé pour échanger avec le directeur général

Dans nombre de Laboratoires, ce sont les appareils d’analyse d’examens qui font défaut, ou en panne depuis des lustres. Les cinq services des laboratoires sont «éparpillés » car parfois distants de plus de 100 mètres les uns des autres. Conséquence: les usagers se perdent, ils sont contraints à plusieurs va-et-vient…

Le directeur général, a entamé sa visite par le service de la Biochimie

L’informatisation, la nécessité de regrouper tous les Laboratoires, la réduction de taux de déperdition, la prise en compte du caractère universitaire dans les dotations, l’opérationnalisation du volet recherche scientifique, la recherche de financements additionnels, sont entre autres les défis à relever  pour que les Laboratoires du CHU-YO répondent au mieux aux besoins des usagers.

Lors de la visite, le DG a pu toucher du doigt, les réalités des Laboratoires

L’autre défi à relever  est la collecte de l’information médicale au niveau des Laboratoires. « Car si on n’a pas d’informations fiables sur une activité, il est difficile de planifier. Mieux, une meilleure information permettrait aussi de faire un meilleur plaidoyer à différents niveaux pour susciter des appuis», a commenté le directeur général.

Des notes précieuses ont été prises au cours de la visite

Bien content de la sollicitude dont fait preuve le directeur général à l’égard de son département, le chef de département des Laboratoires, le Pr Lassana Sangaré lui a présenté ses vœux les meilleurs pour la nouvelle année. Pour ce dernier « les Laboratoires sont la source d’eau vive qui fait vivre l’hôpital mais cette source est la moins alimentée». Pour mettre des images sur les maux qui minent ce département,  le directeur général a visité chacun des cinq laboratoires. Ainsi, la vétusté des locaux et installations, le manque de mobiliers, le besoin d’être resautés avec  les services cliniques, etc.…reviennent sans cesse.

 

Service Communication




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *