full screen background image

Pharmacie Hospitalière

Département de la Pharmacie-Hospitalière : un département d’interface

Le chef de département, est  pharmacien spécialisé en pharmacologie-toxicologie,   Pr titulaire à l’UFR/SDS de l’Université de Ouagadougou,  directeur de l’école Doctorale de santé de l’Université de Ouagadougou.

 Le département de la pharmacie hospitalière dont il a la charge est aussi vaste que la présentation non exhaustive ci-dessus ébauché de son chef. Il,  c’est Innocent Pierre Guissou, puisque c’est de lui qu’il s’agit,  nous fait découvrir son département.

guissou 2

« Notre mission consiste à mettre à la disposition individuelle sur prescription du médecin, tout ce dont celui-ci a besoin pour prendre en charge un patient donné »

« La pharmacie hospitalière est une pharmacie à l’intérieur d’un hôpital qui est chargée de mettre à  disposition des médicaments, des consommables pour ses clients hospitalisés et pour ceux qui sont suivis en ambulatoire ». Voici la définition succincte qu’en fait son premier responsable. La pharmacie hospitalière est destinée à l’intérieur de l’hôpital pour éviter la concurrence qu’on qualifierait de déloyale avec les pharmacies privées parce qu’avec la subvention de l’Etat les médicaments sont cédés moins chers à la pharmacie hospitalière que dans les officines privées.

Sa mission c’est d’arriver à mettre à la disposition individuelle sur prescription du médecin, tout ce dont celui-ci a besoin pour prendre en charge un patient donné. C’est ce qu’on appelle la dispensation individuelle nominative. Ce département, qui s’occupe du médicament depuis son entrée au CHU jusqu’à sa sortie, est composé de  4 grands services.

Les services du département

Le premier service, celui de la gestion pharmaceutique s’occupe de faire venir les produits pharmaceutiques à l’hôpital. Il approvisionne,  stocke et distribue  les médicaments et autres produits pharmaceutiques  aux autres services du CHU-YO.

La dispensation pharmaceutique relève du deuxième service qui a, à son sein l’officine pharmaceutique. Son rôle c’est d’amener les médicaments dans les services pour la prise en charge quotidienne et la dispensation aux détenteurs d’ordonnance délivré par des prescripteurs reconnus par l’hôpital.

L’avant dernier service, est celui de la technologie pharmaceutique  et assurance qualité, qui pour mission de  préparer les médicaments pour le patient. Le pharmacien, à partir de la formule du médecin prépare un médicament autre que ce qui est immédiatement disponible à l’officine. C’est ce service aussi qui reçoit ce qu’on appelle les médicaments en  vrac. Ce sont des médicaments qui peuvent être contenu dans des boites de 1000 comprimés qu’il faut reconditionner. Ce service s’occupe, enfin, de l’assurance qualité. En effet, c’est au  personnel de ce service qu’il revient de  superviser la qualité des médicaments et produits pharmaceutiques à délivrer.

Le dernier service appelé la pharmacologie clinique est en relation avec l’intimité clinique. C’est ce service qui travaille avec les cliniciens soit sur les protocoles thérapeutiques soit sur le suivi du traitement au niveau des malades notamment pour voir l’efficacité, les effets indésirables.  Cela consiste à faire la gestion de la pharmacovigilance. Le pharmacien doit se documenter afin d’informer les praticiens sur les médicaments mis hors services… pour faire tourner ces services, le Pr Guissou a le soutien d’une équipe de collaborateurs composé de sept (07) pharmaciens généralistes et spécialistes, de neuf (09) préparateurs d’état  en pharmacie dont deux (02) vont à la retraite cette année et une vingtaine d’auxiliaires de pharmacie (vendeurs).

La collaboration interservices

guissou1

« Il nous revient de superviser la qualité des médicaments et produits pharmaceutiques à délivrer. »

L’importance de la pharmacie hospitalière n’est plus à prouver. Elle est de l’avis de Pr Guissou « une structure d’interface entre les différents services et la direction en terme de mettre à la disposition des praticiens ce dont ils ont besoin comme médicament, consommable, réactifs de laboratoire pour la prise en charge des patients ». Et de se réjouir « Maintenant, les autres départements et services comprennent le rôle de la pharmacie. Avant quant ils avaient un problème, ils montaient directement voir le directeur Général. Aujourd’hui,  ils s’adressent à la pharmacie ». Même s’il reconnait que ce fut au bout de l’effort «nous avons fait des efforts pour qu’ils comprennent qu’ils doivent passer par la pharmacie » s’est-il exprimé.  La pharmacie hospitalière est la porte d’entrée des médicaments. Elle s’occupe de la mise à la disposition des médicaments dans les services et  aide les services à gérer rationnellement les médicaments. Elle gère également le retour des médicaments périmés à la pharmacie afin de pouvoir rendre compte à la direction de l’utilisation des fonds. La vulgarisation d’internet  à l’hôpital pourrait favoriser l’installation de l’intranet et faciliter davantage la communication interservices et intra services a fait remarquer le Pr Guissou.

 

Organisation du département

Pour la bonne marche du département, il y a  des chefs de service qui s’efforce de tenir des réunions de chef de service une fois par mois. Chaque service est décomposé en unité fonctionnelle avec des chefs d’unité. Le service se réunit avec les chefs d’unité et le personnel chaque trimestre. Pour tout coordonner, il y a la réunion générale du département prevu deux fois par an. En obligeant les services à avoir des réunions d’unité pratiquement par semaine,  la coordination se fait par échelle. Une formule qui convient au chef de département qui pense qu’ « il faut savoir déléguer et faire confiance à ceux avec lesquels on travaille ».

 

 

Service Communication