full screen background image

CHU de Clermont Ferrand

Pour opérer des Tumeurs de la Base du Crâne (TBC), il faut réunir à la fois  un personnel très qualifié, et des équipements  d’intervention de pointe, du fait de la spécificité de ces tumeurs qui  sont localisées  sous le cerveau. Dans le cadre de la coopération entre le CHU-Yalgado Ouédraogo et le CHU de Clermont Ferrand,(France)   le Pr Bernard Hirtum appuyé par  l’équipe du   Pr Abel kabré, ont pris en charge 11 patients adultes,  dont 04 sont  venus  du Togo, 02 du Bénin et  05 du Burkina.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Grâce à la coopération entre les deux hôpitaux, le Pr Bernard Hirtum ( à gauche) est en voie de réussir un transfert de technologies au profit de l’ équipe du Pr Abel kabré

Cette coopération, ponctuée par des missions chirurgicales depuis 2006 vise, « à réaliser un transfert de technologies  au profit de la Neurochirurgie du CHU-YO ». Un acquis important déjà: le  Pr kabré et son équipe sont prêts, sur tous les plans,  à prendre en charge les opérations de l’hypophyse ; reste à présent à maîtriser  les interventions sur les TBC.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au cours de la réception offerte à la délégation venue du CHU de Clermont Ferrand

Contrairement aux autres tumeurs dites de  surface, les TBC, elles, sont situées en profondeur du cerveau, ce qui rend leur opération davantage complexe. La complexité de l’intervention s’explique par le fait qu’il faut devoir et pouvoir prendre en compte plusieurs paramètres.   Primo :   le chirurgien,  après l’analyse des dossiers d’imagerie, doit identifier  le chemin d’approche, c’est-à- dire choisir  la bonne voie, qui soit non seulement la plus directe possible mais aussi la plus efficace permettant d’atteindre la tumeur. Pour ce faire, le spécialiste  n’hésitera donc pas à passer par le nez ou derrière l’oreille, en fonction des cas.

Secondo : une fois parvenu à la tumeur, le spécialiste  doit en plus de sa dextérité, s’armer de  patience pour  pourvoir  réséquer la tumeur,   « en progressant mm / mm, en  respectant le mieux possible un ensemble de nerfs  qui sont reliés dans cette partie du cerveau. Il s’agit des nerfs responsables de la vue, de la parole, de la respiration, du visage,   des mouvements des bras, des jambes,   ou des nerfs oculomoteurs  permettant de diriger les yeux » , explique le Pr Hirtum.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Directeur Général du CHU-YO,( debout) a dans son speech magnifié la coopération entre les deux CHU, salué et remercié, au nom des patients opérés le Pr Hirtum pour le travail abattu.

Tercio : l’équipe d’intervention doit être assez entraînée, elle  ne doit surtout pas perdre ses nerfs, car l’intervention peut durer  parfois 10 heures. D’où la possibilité d’avoir deux équipes qui se relayent à 04 à 05 H d’intervalle.

Le Pr Hirtum regrette que les patients soient vus à un stade très avancé de leur mal, ce qui engendre  des troubles sévères de vision dus à la tumeur qui  aura au  fil du temps  pris  forcement une  forme géante.

Au regard de la détermination de l’équipe  du CHU-YO, le spécialiste venu de Clermont Ferrand estime  qu’au bout de trois ans de collaboration,   et avec l’appui en matériels techniques, les TBC pourront  être intégralement prises en charge dans le service du Pr Kabré.

Service communication