full screen background image

Droits des patients

Article 1 :                   Le CHU-YO est ouvert à toute personne, sans discrimination aucune, de jour comme de nuit selon les besoins de sa santé.

Article 2 :                   Les usagers du  CHU-YO  ont  droit  à  un  bon   accueil  et  à  des soins de qualité.

Article 3 :                   Tout   malade   admis   aux   urgences   à   droit    aux  soins d’urgence     sans     prépaiement.       Cependant,    il  doit s’acquitter des frais médicaux  dès  que l’urgence est levée.

Article 4 :                   Tout usager du CHU-YO  a  droit  à la  protection   et   à   la sécurité tant physique que morale dans l’enceinte de  l’hôpital.

Article 5 :                   Tout usager du  CHU-YO   est    autorisé   à   faire   dans

la    courtoisie    et   le    respect   du     personnel,     des

observations sur les soins et l’accueil. Il dispose d’un droit de plainte auprès de la direction générale, s’il estime avoir subi un préjudice de quelque nature que ce soit, et après avoir saisi au préalable le chef de service, le chef de département, s’il n’est pas satisfait des réponses reçues.

Article 6 :                   Tout malade à droit à un seul accompagnant permanent. Les  membres  de  la  famille  peuvent  se relayer   pour   assurer   cette   présence   permanente.

Article 7 :                   Tout  usager  du  CHU-YO   a   le   droit  d’être  informé  sur son état de santé.

Article 8  :                  Tout malade hospitalisé a droit à une alimentation équilibré et régulière.

Article 9  :                  L’information  du  malade   et    de   son   accompagnant

incombe à tout professionnel de santé dans le cadre de ses   compétences  et   dans  le   respect   des règles professionnelles qui lui sont applicables.

Article 10  :                Tout acte, qu’il soit à visée diagnostique, thérapeutique ou de recherche, ne peut être pratiqué qu’avec le consentement libre et éclairé du malade, si son état le permet ou d’un membre direct de sa famille dans le cas contraire.

Article 11  :                Il est tenu à la disposition des accompagnants des lieux d’attente, de lessive et de petite cuisine.

Article 12  :                Des poubelles et des toilettes pour les malades et les accompagnants sont disponibles dans l’enceinte de l’établissement.

Article 13  :                Il est formellement interdit de fumer dans les salles d’hospitalisation, à l’intérieur des services de soins et dans la cour.

Article 14  :                Tout malade pris en charge par un professionnel a droit au respect de sa vie privée, de son intimité et du secret des informations médicales le concernant.

Article15  :                 Le secret médical couvre l’ensemble des informations concernant le malade, à l’exception des cas de dérogations expressément prévus par la loi.

Article16 :                 Deux ou plusieurs professionnels de la santé peuvent toutefois, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin d’assurer la continuité des soins ou de déterminer la meilleure prise en charge possible.

Article 17  :                Le secret médical ne fait pas obstacle à ce que les informations concernant une personne décédée soit délivrées à ses ayants droit, dans la mesure ou elles leur sont nécessaires pour leur permettre de connaitre les causes de la mort, de défendre la mémoire du défunt ou de faire valoir leurs droits, sauf volonté contraire exprimée par une personne avant son décès.

                                                                     

                                                                  Le Directeur Général du CHU-YO

                                                                                    B. Robert SANGARE

                                                                                            Chevalier de l’ordre national

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Bon à savoir

  • Il   est strictement interdit aux accompagnateurs de chauffer de l’eau ou de faire   la cuisine aux endroits autres que ceux prévus à cet effet. Il leur est   interdit de stationner dans les parkings réservés au personnel.

  • L’hôpital   est un espace non-fumeur. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues   par les lois en vigueur.
  •  Le   port d’armes à feu ou blanches est formellement interdit au sein de   l’hôpital, sauf dispositions contraires.
  • Les   accompagnateurs officiellement autorisés se présenteront au surveillant   d’unité de soins et devront suivre les instructions concernant leur entrée et   sortie, l’eau, la restauration, le lavage du linge et la propreté sous peine   d’exclusion.
  •   Les   accompagnateurs officiellement autorisés se présenteront au surveillant   d’unité de soins et devront suivre les instructions concernant leur entrée et   sortie, l’eau, la restauration, le lavage du linge et la propreté sous peine   d’exclusion.
  •  Le   silence est recommandé à tout moment dans l’enceinte du CHU-YO. Il devient   impératif à partir de 22 heures. L’utilisation   des téléphones portables dans les salles d’hospitalisation, services d’urgences   et de soins intensifs, est interdite.
  •  Il   est strictement interdit de déposer les ordures, de jeter de l’eau, des   restes de nourritures, des épluchures de fruits en dehors des lieux,   poubelles et lavabos prévus à cet effet.
  • v  Les   usagers de l’hôpital sont tenus d’utiliser correctement les lieux d’aisance   (sanitaires, douches) internes et externes des services d’hospitalisation. Une   modique contribution leur est demandée à chaque usage pour leur entretien
  • Le   centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo décline toute   responsabilité en cas de vol ou de perte de sommes d’argent ou d’objets de   valeur des malades ou des accompagnateurs et usagers, à l’exception de ceux   déclarés et consignés auprès de l’administration.
  •  Le   malade a le droit de refuser une visite. Sa décision doit être respectée. Il   le fait savoir, pour ce faire, au praticien soignant et à l’accompagnateur.
  •  L’accès   des animaux domestiques au sein de l’hôpital est formellement interdit
  • Les   animaux en divagation au sein de l’hôpital feront l’objet de mesures   spéciales selon les textes en vigueur.
  •  La   vitesse à l’intérieur du CHU-YO est limitée à 20 km/h pour les véhicules   autres que les ambulances.
  • Tout   patient bénéficiant de consultations, examens, soins à titre externe, doit   être porteur d’une prescription par un praticien, et s’acquitter du coût afférent   auprès de la caisse. Il se présente auprès du service prestataire muni du   reçu pour bénéficier des actes prescrits. Les   résultats des examens sont transmis au praticien traitant pour exploitation
  • v  Le   patient a droit à l’exercice du culte de sa foi, sans déranger la quiétude,   la discipline et l’ordre nécessaire en milieu hospitalier. Ses croyances et   ses convictions doivent être respectées. Toutes fois, les séances de prière   en groupe sont interdites dans les pavillons d’hébergement et les espaces de   soins.
  • v  Des espaces « visiteurs et  accompagnants », où les parents, et  visiteurs peuvent patienter en attendant d’accéder aux salles d’hospitalisation. Le   patient hospitalisé peut être assisté d’un accompagnateur au plus pendant son   séjour au CHU-YO. A cet effet, il sera délivré à chaque patient hospitalisé   un badge spécial « accompagnant » à charge pour lui de s’en servir   alternativement pour une seule personne habilitée à demeurer en permanence à   ses côtés en dehors des heures normales de visite. Toute personne prise sans   badge dans les pavillons d’hébergement sera priée de quitter les lieux. En   cas de résistance, l’hôpital se réserve le droit de recourir aux forces de   l’ordre nonobstant les poursuites judiciaires pour trouble à l’ordre public.