full screen background image

Devoirs des patients

II- LES DEVOIRS DU MALADE ET DES ACCOMPAGNANTS

Article 01   :   Tout   malade  admis  au  CHU-YO  doit   fournir   toutes         

les  informations   le   concernant   et   en   relation   avec   sa           maladie    et    signaler,     le    cas      échéant,    les    effets secondaires des traitements antérieurs ou en cours.

Article 02  :                En cas  de   prescription   médicale,   le   malade à le devoir d’observation stricte  les   traitements    et   de   respecter   les         prescriptions à lui faites.

Article 03  :                Tout malade ou accompagnant à  le   devoir   de   respecter  l’intégrité   physique   des   équipements,   des  personnes  et la propreté des locaux du CHU-YO, les horaires de visites, la  quiétude des  autres patients.

Article 04 :                 Chaque malade est tenu d’assurer le règlement des frais  médicaux et d’examen selon les dispositions en vigueur  dans l’établissement. En cas de refus de payer, le CHU-YO se réserve le droit de recourir à des voies légales pour récupérer son dû et décline toute responsabilité quant aux éventuels désagréments qui découleront de cette procédure.

Article 05  :                Chaque malade ou  son  accompagnant  se  doit  d’être très respectueux et courtois envers les  autres   usagers   et   envers tout le personnel de toutes catégories du CHU-YO.

Article 05  :                Tout   accompagnant  qui   enfreint   aux   dispositions     du    règlement,    pose   des   actes  contraires   à   la  loi  et   s’expose  à des poursuites judiciaires.

 

Articles 06 :               Tout patient ou accompagnant auteur ou complice de vol   de   quelque  nature  que  ce  soit  sera   expulsé immédiatement et remis aux forces de l’ordre pour la suite judiciaire. 

                                                                     Le Directeur Général du CHU-YO

                                                                                              B. Robert SANGARE

                                                                                            Chevalier de l’ordre national

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&                                   

Bon à savoir

 

  •  Il   est strictement interdit aux accompagnateurs de chauffer de l’eau ou de faire   la cuisine aux endroits autres que ceux prévus à cet effet. Il leur est   interdit de stationner dans les parkings réservés au personnel.
  • v  L’hôpital   est un espace non-fumeur. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues   par les lois en vigueur.
  •  Le   port d’armes à feu ou blanches est formellement interdit au sein de   l’hôpital, sauf dispositions contraires.
  • v  Les   accompagnateurs officiellement autorisés se présenteront au surveillant   d’unité de soins et devront suivre les instructions concernant leur entrée et   sortie, l’eau, la restauration, le lavage du linge et la propreté sous peine   d’exclusion.
  • v  Les   accompagnateurs officiellement autorisés se présenteront au surveillant   d’unité de soins et devront suivre les instructions concernant leur entrée et   sortie, l’eau, la restauration, le lavage du linge et la propreté sous peine   d’exclusion.
  •  Le   silence est recommandé à tout moment dans l’enceinte du CHU-YO. Il devient   impératif à partir de 22 heures. L’utilisation   des téléphones portables dans les salles d’hospitalisation, services d’urgences   et de soins intensifs, est interdite.
  •  Il   est strictement interdit de déposer les ordures, de jeter de l’eau, des   restes de nourritures, des épluchures de fruits en dehors des lieux,   poubelles et lavabos prévus à cet effet.
  •  Les   usagers de l’hôpital sont tenus d’utiliser correctement les lieux d’aisance   (sanitaires, douches) internes et externes des services d’hospitalisation. Une   modique contribution leur est demandée à chaque usage pour leur entretien
  • Le   centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo décline toute   responsabilité en cas de vol ou de perte de sommes d’argent ou d’objets de   valeur des malades ou des accompagnateurs et usagers, à l’exception de ceux   déclarés et consignés auprès de l’administration.
  • Le   malade a le droit de refuser une visite. Sa décision doit être respectée. Il   le fait savoir, pour ce faire, au praticien soignant et à l’accompagnateur.
  •  L’accès   des animaux domestiques au sein de l’hôpital est formellement interdit
  • Les   animaux en divagation au sein de l’hôpital feront l’objet de mesures   spéciales selon les textes en vigueur.
  •  La   vitesse à l’intérieur du CHU-YO est limitée à 20 km/h pour les véhicules   autres que les ambulances.
  •  Tout   patient bénéficiant de consultations, examens, soins à titre externe, doit   être porteur d’une prescription par un praticien, et s’acquitter du coût afférent   auprès de la caisse. Il se présente auprès du service prestataire muni du   reçu pour bénéficier des actes prescrits. Les   résultats des examens sont transmis au praticien traitant pour exploitation
  •  Le   patient a droit à l’exercice du culte de sa foi, sans déranger la quiétude,   la discipline et l’ordre nécessaire en milieu hospitalier. Ses croyances et   ses convictions doivent être respectées. Toutes fois, les séances de prière   en groupe sont interdites dans les pavillons d’hébergement et les espaces de   soins.
  •  Des espaces « visiteurs et  accompagnants », où les parents, et  visiteurs peuvent patienter en attendant d’accéder aux salles d’hospitalisation. Le   patient hospitalisé peut être assisté d’un accompagnateur au plus pendant son   séjour au CHU-YO. A cet effet, il sera délivré à chaque patient hospitalisé   un badge spécial « accompagnant » à charge pour lui de s’en servir   alternativement pour une seule personne habilitée à demeurer en permanence à   ses côtés en dehors des heures normales de visite. Toute personne prise sans   badge dans les pavillons d’hébergement sera priée de quitter les lieux. En   cas de résistance, l’hôpital se réserve le droit de recourir aux forces de   l’ordre nonobstant les poursuites judiciaires pour trouble à l’ordre public.