full screen background image

Radiologie et Médecine nucléaire

La médecine nucléaire en marche

Fruit de la coopération, débutée depuis 2007, entre le Gouvernement burkinabé et l’agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), le service de médecine nucléaire a démarré ses activités le mardi 10 janvier 2012 dernier par la visite du ministre la santé, le Pr Adama Traoré, venu toucher du doigt toute la gamme de  prestations qu’offre ledit service.

ph mn

Le ministre de la santé le Pr Adama Traoré à son entrée dans le tout nouveau service de la médecine nucléaire

mn2

Le Pr Lincoln Tapsoba Théophile, chef du service donnant des explications avec forts détails aux autorités

mn4

A c’est à partir de cette Gamma-camera que les images sont captées par un manipulateur, et interprétées par un médecin spécialiste en médecine nucléaire avant d’être envoyées sous pli fermé au médecin traitant pour une prise de décision éclairée au profit de son patient.

Spécialité médicale usant des radioéléments pour le diagnostic et le traitement des pathologies, la Médecine nucléaire, que dirige le Pr Théophile Lincoln Tapsoba, vient accroître et affiner les capacités de diagnostic des maladies dans notre pays, surtout quand sait qu’un bon traitement suppose un bon diagnostic. Sur la quinzaine d’examens de radiodiagnostic réalisables par le service de la médecine nucléaire,  ceux  comme  « la scintigraphie (*1) osseuse, rénale, cardiaque, et de la tyroïde vont permettre aux spécialistes d’avoir beaucoup d’éléments de précision afin de pouvoir prendre de bonnes décisions de traitement »,  a fait savoir le Pr Tabsoba. Les possibilités de  diagnostic et du traitement des cas de cancer ,s’en trouvent ainsi améliorés du fait que la radiodiagnostic permet de cerner  la physiologie des cellules pour savoir si celles-ci, souligne le chef de service,  « ne  fonctionnent pas ou fonctionnent trop ». C’est dire donc que cette technique d’aide au diagnostic  offre plus d’informations au-delà  de celles relatives à  la forme et  à taille de cellules.

La bonne organisation du service ainsi que le  personnel suffisamment motivé « que j’ai vu suscitent satisfaction et admiration », s’est réjoui le ministre de la santé, le Pr Adama Traoré qui voit tout de suite les avantages que département de la santé,  va en tirer. En effet, a-t-il indiqué « le service de médecine nucléaire  contribuera à réduire véritablement le rythme des évacuations sanitaires, car on  aura  des diagnostics plus précis, donc des traitements mieux adaptés qui vont permettre de  sauver beaucoup de vies ». C’est pourquoi « je dois saluer la belle coopération qui existe entre notre pays et l’AIEA », a souligné le ministre, qui a par ailleurs annoncé que l’ambition est de pouvoir évoluer les années à venir  vers la création de la radiothérapie.

Première du genre dans notre pays, l’ouverture du service de la médecine nucléaire, vient renforcer davantage le statut du centre de soins de  dernier niveau de référence au plan national, du CHU-Yalgado. Tout naturellement M. le directeur général, Robert Sangaré, visiblement satisfait, a rassuré  de la bonne utilisation  des équipements de ce nouveau service.

Et la population, en cas de besoin, viendra trouver  un personnel disponible et  engagé  à travailler de sorte  à contribuer vigoureusement  à la lutte contre la maladie.

-(*1) « la scintigraphie est une technique médicale consistant à administrer dans l’organisme des isotopes radioactifs qui donnent une image par la détection des rayonnements émis par les isotopes, et permettant de bien diagnostiquer les maladies. »

Le circuit du patient dans le service :

01-Le patient présente sa lettre de demande d’examen (différente du bulletin d’examen) rédigée par son médecin ;

02-Le malade est interrogé et examiné   afin de vérifier  la justification  avant que les modalités de déroulement de l’examen lui soient expliquées ;

03-Le patient client  prend place dans la salle d’attente ;

04-Il est ensuite « injecté » dans la salle d’injection ;

05-Il attendra  20mn, ou entre une  à trois heures, en fonction de l’examen demandé, dans la salle d’attente des malades injectés ;

06-Le patient est conduit dans  la salle d’examen pour la réalisation de la scintigraphie sous la gamma-camera ;

07-Les images sont interprétées par le spécialiste, et envoyées au médecin du malade.

Service communication du CHU-YO