Search
vendredi 7 juin 2024
  • :
  • :

Département de pharmacie hospitalière : On a visité la « mastodonte »

Avec ses nombreux magasins et locaux qui se trouvent au quatre coins du CHU-YO et même au-delà, le département de la Pharmacie hospitalière, une véritable « mastodonte », sous la houlette du Pr Youl Estelle, a ouvert ses entrailles au Dg ce mardi 31 janvier 2023 de 10h à15H15.

Les différents responsables, les pharmaciens, les préparateurs d’Etat en pharmacie, les internes, les stagiaires des quatre services qui composent le département étaient présents. Il s’agit du service logistique pharmaceutique, le service de la dispensation pharmaceutique, le service de pharmacotechnie et assurance qualité, et le service de la pharmacologie, pharmacie clinique et toxicologie analytique et clinique. Chaque responsable a décliné les attributions de son service, et dressé la liste des besoins et préoccupations auxquels ils sont confrontés.

On peut retenir que le besoin en ressources humaines supplémentaire y est manifeste. En effet, sur les 50 agents que compte le département, on a enregistré le départ de 4 pharmaciens ces deux dernières années.  Les préparateurs d’Etat en pharmacie sont en nombre insuffisant et les nombreux magasins n’ont pas de magasiniers. Le personnel de soutien et de manutention, quoique volontaire, peine à accomplir efficacement leurs tâches, vu leur effectif réduit. Dans les plaidoyers, il a été recommandé que les nombreux responsables d’unités soient nommés officiellement par la direction générale. Un seul coordonnateur d’unités, un seul secrétaire pour gérer tous ces services dans un contexte de manque de plan de carrière peut impacter sur la motivation du personnel. La résolution de ces problèmes pourrait motiver un tant soit peu les agents.

Le deuxième lot de gros problèmes auquel est confronté le département est relatif aux insuffisances constatées sur le réseau informatique, à l’insuffisance d’équipements informatiques et de logiciels. La résolution de ces problèmes informatiques nécessite, de l’avis du Dg qu’on y mette suffisamment de moyens. Car cette contrainte du réseau est générale à tous les services, dont la « résolution permettra de résoudre pas mal de problèmes de l’hôpital », a indiqué le premier responsable du CHU-YO.

Une autre difficulté, qui plombe l’efficacité des actions de la pharmacie, est liée au comité thérapeutique dont le fonctionnement n’est pas optimal. Il en résulte que la liste des commandes des produits pharmaceutiques n’est pas toujours validée, ce qui entraîne du coup d’énormes répercussions sur bien d’autres plans. Il est à déplorer le fait que les quantités commandées ne couvrent pas souvent les besoins réels du CHU-YO, sans oublier le fait que lesdites commandes « rentrent » tardivement. Le DSMT, le Pr Georges Ouédraogo ainsi que le chef du département s’engagent à travailler pour la dynamisation du comité thérapeutique.

Autres problèmes généraux assaillent le département ; ils sont liés à l’insuffisance de magasins, de climatiseurs, d’onduleurs, de toilettes, d’éclairage dans les magasins, les problèmes d’étanchéité, de chariots, etc. La nécessité au niveau de l’officine pharmaceutique de séparer les tâches des auxiliaires de pharmacie et celles des caissiers a été expliquée et actée.

Avant de prendre congé des acteurs de la pharmacie hospitalière, le Dg les a remerciés pour l’accueil et le travail qu’ils abattent. En dépit des difficultés relevées, il reste que sur bien de plans, la pharmacie hospitalière reste une référence notamment en matière de préparations magistrales, en toxicologie clinique et pharmacie clinique, etc. Il a instruit sur le champ ses techniciens de résoudre les petits problèmes qui peuvent l’être sans attendre.

Service communication




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *