Search
mercredi 12 juin 2024
  • :
  • :

Service d’endoscopie digestive et interventionnelle : « On doit en faire un centre de référence du continent africain ….conformément à l’idée du départ», espère le Pr Alain Bougouma

Gagnant d’un concours à l’échelle africaine, le Pr Alain Bougouma, et à travers lui le Burkina Faso, s’est vu offrir une colonne d’endoscopie et d’autres équipements par l’Organisation Mondiale d’Endoscopie Digestive.  C’est l’obtention de ces équipements qui a permis l’ouverture du service le 07 mars 2006, où se font le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil digestif, de l’appareil respiratoire… L’objectif visé par les autorités c’est de réduire les évacuations sanitaires onéreuses pour le pays.

En recevant Monsieur le Dg et son équipe ce jeudi 16 février 2023 dans le cadre des rencontres avec les forces vives internes, le Pr Bougouma a fait l’historique, l’évolution et les perspectives de son service.

La prise en charge des malades a lieu du lundi au vendredi, les matins et soirs. Les urgences y sont reçues également tous les jours. Pour le fonctionnement, le service compte sur 4 médecins spécialistes et 7 infirmiers.

De 2006 à nos jours, le service a vu 16.426 patients venus pour certains des pays voisins et même de l’Afrique centrale, et naturellement du Burkina Faso.  Le bilan en gains chiffrés s’élève à 260.402.500 FCFA engrangés pour le CHU-YO à travers les différentes prestations fournies par le service.

En termes de formation, le service a mis sur le marché professionnel 72 spécialistes en hépato-gastro-entérologues, dont 50 burkinabè affectés dans les 13 régions du Burkina Faso. Plusieurs stagiaires infirmiers des CHR ont été formés dans le service du Pr Alain Bougouma.

Le chef de service n’est pas moins fier de la qualité des appareils dont il dispose. Mais le problème c’est parfois la maintenance qui doit être faite en Europe. Il a remercié l’ancien Dg, Robert Sangaré, pour les multiples diligences qui ont permis de faire réparer la colonne en France, évitant ainsi l’arrêt prolongé de prestations.

En 2019, le CHU-YO a acquis une nouvelle colonne dite de dernière génération, dont on ne peut trouver le modèle que dans « deux hôpitaux militaires, l’un au Sénégal et l’autre au Gabon », se réjouit le Pr Bougouma.

L’autre problème aussi est lié aux consommables qui ne sont obtenus gracieusement que grâce aux relations personnelles du Chef de service avec les structures et amis français. Les consommables coûtent très chers, apprend-on. Pour les acquérir à un prix abordable, « il faudrait, suggère le chef de service, que plusieurs structures sanitaires unissent leurs efforts ».

L’ambition ultime qui tient à cœur le chef de service, c’est de faire du service un véritable centre de référence en Afrique pour les actes et la formation. Du reste c’est l’idée à l’origine de la création du service. Pour ce faire, on doit résoudre les questions d’équipements, d’infrastructures, de consommables de sorte que les autres spécialistes ORL, Pneumologues, neurochirurgiens, gynécologues, urologues, orthopédistes, chirurgiens digestifs puissent y trouver un cadre idéal d’offre de prestations.

Il a recommandé pour ce faire de dynamiser les différents axes de coopération existants déjà, et qui pourrait aussi contribuer à résoudre les questions de formations et d’équipements.  

Après les échanges, l’équipe visiteuse a noté l’ensemble des problèmes d’équipements, de plomberie, de climatisation, d’étanchéité, de mobiliers, de sécurité, de plan de carrière ……Le Dg a donné de ébauches de solutions à certaines préoccupations posées et qui seront réglées sans tarder. D’autres projets plus ambitieux du service seront étudiés dans le cadre de l’élaboration du plan stratégique de développement du CHU-YO.

NB 1 : La devise du CHU-YO, « Votre santé, notre raison d’être !» est du Pr Alain Bougouma , qui a été retenue après le dépouillement de plusieurs propositions en 2013

NB2 : Le Pr Alain Bougouma est le Directeur de la Prospective Hospitalo-Universitaire et de la Coopération (DPHUC) du CHU-YO, qui avait à une certaine époque participé à la réactivation de certaines coopération-jumelages. 

Service communication




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *