Search
dimanche 3 décembre 2023
  • :
  • :

Département des laboratoires « il faut remettre toute la chaîne de froid en marche », souhaite ; le Pr Adama Zida, le chef de service par intérim du laboratoire de Bactériologie virologie

Lors des échanges, ce 2 mars 2023 entre les acteurs du département des Laboratoires et le DG, le Pr Adama Zida a fait le point des activités menées dans le service de Bactériologie-virologie mais aussi les préoccupations auxquelles les agents sont confrontés.

Il a d’entrée souligné que le service de Bactériologie-virologie du CHU-YO, depuis le magistère du Pr Lassana Sangaré, abrite le laboratoire de référence VIH/ Sida et IST du Burkina-Faso.

Il a révélé que le service en collaboration avec le SP/ CNLS venait de démarrer les activités de sero-surveillance annuelle pour déterminer la prévalence du VIH/ SIDA dans notre pays. Les examens portent sur plus de 10.000 échantillons dont la réalisation va prendre plus de 3 mois. Car l’appareil, à cause d’un petit souci technique, ne prend que 300 examens en moyenne par jour.

Le service compte deux unités à savoir l’Unité de Bactériologie qui comprend neuf postes de travail que sont : ECBU, LCR, hémoculture, pus, liquide d’épanchement, prélèvements génitaux, ATB et PCR méningite. Et l’Unité de virologie où peuvent être réalisés sept (7) types d’examens que sont : charge virale du VIH1, charge virale des hépatites B et C, PCR HPV, PCR Covid19, numération des CD4, examens sérologiques, et la sero-surveillance annuelle du VIH au Burkina.

Le service compte deux pharmaciens, 13 TBM ; un GFS, trois pharmaciens en spécialisation et deux secrétaires (dont l’une a été recrutée par un partenaire). Pendant la visite des bâtiments, le Dg a demandé à ses services techniques de résoudre les questions d’hygiène par le nettoyage à grand-eau des locaux. Visiblement, les murs, fenêtres, portes et les paillasses et lavabo, nécessitent un véritable nettoyage par le service d’hygiène.

Le major Christophe Guira a évoqué le problème des réfrigérateurs médicaux, dont certains sont en panne. Or, la Bactériologie virologie fait des conservations parfois à -80 degrés, et ce, sur pour plusieurs années selon les types d’échantillons.  Les réparations de ces réfrigérateurs, a indiqué le major, n’ont rien donné en terme de satisfaction, bien au contraire « on met de l’argent et deux semaine après la même panne survient »

Véritablement, la chaîne de froid et les besoins en centrifugeuses méritent une attention particulière.

Dans chacune des deux unités, les problèmes de toilettes, de climatisation, d’insuffisance de microscopes, de tabourets et de formation du personnel ont été évoqués et portés à la connaissance du Dg.

Service communication 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *