Search
jeudi 29 septembre 2022
  • :
  • :

Médecine interne : le Pr Drabo admis à la retraite

Admis à faire valoir ses droits à la retraite, le Professeur Yssouf Joseph Drabo, médecin-colonel,  chef de service de Médecine interne du CHU-YO a  cédé le «  commandement » au Pr Oumar Guira. C’était au cours d’une cérémonie de passation de  charge déroulée  le vendredi 04 février 2020 au sein dudit Service, en présence du directeur général du CHU-YO, des chefs de départements et chefs de services ainsi que de nombreux collaborateurs.  Appelé affectueusement le  maître des maîtres, car certains de ses élèves ont accédé au grade de professeur, le Pr Drabo totalise 33 années de service, et dont les contributions sont jugées inestimables dans les domaines suivants : VIH/ Sida, Diabète,  formation et encadrement des étudiants et spécialistes, plusieurs fois président de jury  de CAMES….. En attendant de revenir en détails sur la cérémonie proprement dite, nous vous proposons le résumé des principales contributions du Pr Drabo au CHU-YO et à  son pays.

Dans la lutte contre le Sida

Dans les années 90, face à la deferlante du VIH le constat était le suivant:

  • Déni de la maladie
  • Explosion des cas notamment parmi les militaires
  • Services engorgés de patients infectés tel le cas de la medecine interne
  • Mortalité élevée
  • Désarroi des malades et seulement des initiatives portées par des associations et des ONG telles La Croix rouge Francaise, Medecins sans Frontières, le Cicdoc

C’est dans ce contexte que l’engagement du Pr Drabo va se traduire dans :

1/ Participation aux campagnes de sensibilisation et de prévention dans toutes les unités et garnisons militaires du Burkina

2/ Formation des professionnels de santé au dépistage et à la prise en charge

  • Avec le soutien de la World AIDS Foundation, puis de la Fondation française Sidaction et du programme ESTHER du gouvernement français, le Pr Drabo a développé et coordonné un vaste programme de formation des acteurs de la lutte contre le VIH, avec l’appui du Dr Jean-Baptiste Guiard-Schmid (de l’Hôpital Rothschild, puis Tenon). Entre 2001 et 2003, le Pr Drabo a coordonné et animé avec lui plusieurs dizaines de sessions de formation, au profit de centaines de professionnels de santé, notamment pour la formation à la prise en charge des personnes atteintes.
  • En 2003/2004, dans le prolongement de ces programmes d’envergure nationale, le Pr Drabo a créé avec l’appui du Dr Jean-Baptiste Guiard-Schmid le premier Diplôme Inter-Universitaire africain sur le VIH, intitulé « Prise en charge globale de personnes vivant avec le VIH en Afrique sub-saharienne », avec l’appui de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et de différentes équipes françaises d’experts en maladies infectieuses et tropicales (notamment l’équipe du Pr Willy Rozenbaum de l’Hôpital Tenon, Université Pierre et Marie Curie, Paris VI). Ce DIU d’envergure internationale a été d’emblée ouvert à des apprenants de toute l’Afrique francophone. Premier du genre en Afrique francophone, il a rapidement obtenu une grande notoriété qui en a fait la formation diplômante phare dans ce domaine sur le continent africain. Le DIU-VIH de Ouagadougou est le fruit du partenariat entre l’université de Ouagadougou et l’université Pierre et Marie Curie de Paris VI (à travers l’équipe de l’Hôpital Tenon). Il s’agit d’un diplôme délivré par les 2 universités et qui enregistre la participation à chaque session d’une vingtaine d’enseignants/experts français, européens ou américains francophones. Au total, plus de 1000 professionnels de santé et psychosociaux burkinabè ont bénéficié de formations à la prise en charge du VIH dans les programmes que nous avons construit et coordonné entre 2000 et 2003 et plus de 800 professionnels acteurs de la lutte contre le VIH de 20 pays africains francophones ont été formés au DIU-VIH de Ouagadougou depuis 2003/2004.
  • Par ailleurs, le Pr Drabo est responsable national de la formation en matière de VIH/sida. A ce titre il a été chargé par le Ministère de la santé et le programme de lutte contre le Sida à élaborer le plan national de lutte contre le VIH ainsi que la mise en œuvre des plans de formation permettant le passage à l’echelle et la décentralisation de la prise en charge des patients
  • Il va coordonner le développement des modules PCIM/VIH élaborés sous l’égide de l’OMS en vue de la formation des professionnels en vue de l’atteinte de l’objectif 3×5
  • Depuis la création du DIU de Ouagadougou, d’autres formations sur le VIH ont vu le jour en Afrique francophone. Afin d’assurer une coordination de ces initiatives et de travailler dans le sens d’une harmonisation géographique et thématique des formations, pour atteindre une plus grande efficacité, le Pr Drabo a créé en 2007 le Réseau Africain des Formations sur le VIH/sida (RAF-VIH), organisation régionale dont le siège est basé à Ouagadougou, qui regroupe une quinzaine de formations diplômantes ou qualifiantes africaines francophones. Ces formations couvrent différents domaines, de la prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH, à la biologie du VIH, en passant par la prise en charge en milieu communautaire, la gestion des approvisionnements pharmaceutiques, etc. Ces formations émanent de différents pays africains francophones : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, Niger République Démocratique du Congo, Sénégal.

3/ Organisation des soins et de la prise en charge

Dans les années 2000, arrivent les premières trithérapies et les tentatives de mise sous traitement des patients au BF. Les structures de prise en charge sont défaillantes et ont besoin d’être organisées

  • En 2003, création du  pôle d’excellence de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH à Ouagadougou. Ce service est devenu le service de référence du pays, qui participe à différents programmes de  recherches sur le VIH au plan national et international.
  • En 2007, la Croix Rouge Française s’est désengagée du Centre de Traitement Ambulatoire des personnes vivant avec le VIH de Ouagadougou, qu’elle avait contribué à mettre en place en 2000. Le Pr Drabo a conduit son rattachement à son service portant la file active des personnes vivant avec le VIH à environ 6000, dont environ 5000 reçoivent un traitement antirétroviral selon des standards internationaux. Ce qui en fait l’un des plus gros centres de prise en charge dédié à l’infection par le VIH en Afrique de l’Ouest.
  • C’est aussi grâce à la densité des liens construits avec les équipes hospitalo-universitaires et institutions de recherche françaises que le Pr Drabo a pu bénéficier d’un appui important pour la construction et l’aménagement de l’Hôpital De Jour (HDJ) du service de Médecine Interne, structure qui concentre les activités de prise en charge ambulatoire de l’infection à VIH au CHU-YO, dont il a été l’inspirateur. En effet, un financement émanant du Ministère Français des Affaires Etrangères (FSP Sida) a permis de contribuer pour près de 50% à la construction de cet HDJ, qui a été inauguré en présence de l’Ambassadeur de France le 28 Février 2008 et permet aujourd’hui de soigner plus de 6000 personnes vivant avec le VIH

Dans le domaine de la lutte contre le diabète et autres maladies métaboliques

  • Premiers travaux scientifiques sur le diabète au Burkina Faso
  • Organisation et mise en place d’un service de référence de la prise en charge du diabète.
  • Rayonnement international et affirmation d’un leadership avéré dans le domaine du diabète sucré
  • A partir de 2009 après avoir fait le constat de la situation de la prise en charge des patients diabétiques, en collaborration avec l’ONG Santé Diabète et la World Diabetes Fondation, développement de 3 programmes triennaux :
  • Organisation et renforcement des compétences des personnels de santé en vue d’améliorer la prise en charge du diabète au Burkina Faso
  • Amélioration de la prevention et la prise en charge du diabete au Burkina Faso par le renforcement des systemes de santé et la participation des personnes vivant avec le diabète.
  • Amélioration de la prevention et des soins du diabète au  Burkina Faso

Ces programmes ont permis la formation de centaines de professionnels de santé , l’équipement de structures de santé, la sensibilisation et l’information du public alliée à des campagnes de dépistage avec pour résultats :

  • Une plus grande visibilité de la maladie
  • Un meilleur accès aux soins
  • la mise en ouevre d’une decentralisation de la prise en charge
  • une amélioration substantielle des soins aux patients, la reduction des complications aigues et la mortalité y afférente

Sur le plan universitaire :

  • Fonctions administratives éminentes : Directeur adjoint, chef de département, coordonateur d’unités d’enseignement et de formation spécialisée
  • Membre de jury au niveau national et international et notamment plusieurs fois membre et président de jury de concours d’agrégation du CAMES
  • Investigateurs dans plusieurs recherches multicentriques nationales et internationales

Partenariat et relations internationales

Pionnier du programme ESTHER au Burkina Faso, il a coordonné ce projet sur le site de Ouagadougou depuis sa création. Dans ce cadre, il a renforcé les liens de collaboration entre les équipes du CHU Yalgado Ouédraogo investies dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH avec l’équipe du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Clermont- Ferrand (dirigé par le Pr. Jean Beytout), en permettant des échanges régulier dans les 2 sens

C’est aussi grâce à la densité des liens construits avec les équipes hospitalo-universitaires et institutions de recherche françaises que le Pr Drabo a pu bénéficier d’un appui important pour la construction et l’aménagement de l’Hôpital De Jour (HDJ) du service de Médecine Interne, structure qui concentre les activités de prise en charge ambulatoire de l’infection à VIH au CHU-YO, dont il a été l’inspirateur.

Dans le cadre de la recherche clinique et/ou fondamentale, le Pr Drabo collabore avec :

  • l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les Hépatites (ANRS), organisme de recherche français de renommée mondiale, dans laquelle nous sommes membre de différents comités scientifiques internationaux (Css6, groupe morbidité) ; Des projets de recherche sont toujours en cours
  • l’équipe du service de maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon (Paris) sur plusieurs projets de recherche et d’enseignement ;
  • l’équipe du service de bactériologie-virologie du CHU de Montpellier, sur plusieurs projets de recherche (dont certains en collaborations avec l’ANRS, avec la London School of Hygiene and Tropical Medicine, etc.) ;
  • l’équipe de santé publique du CHU de Bordeaux, Université Victor Segalen ;

Service Communication CHU-YO




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *