Search
mercredi 29 juin 2022
  • :
  • :

Congrès des hépato-gastro-entérologues : Pour partager les bonnes pratiques

L’ouverture des 22 èmes journées Société Africaine d’Hépato- gastro-entérologie et d’Endoscopie Digestive (S.A.G.H.E) couplées avec le 2ème congrès de la Société Burkinabè d’Hépato-Gastro-Entérologie et d’Endoscopie Digestive (SOBUHGEED), est intervenue ce jeudi 2 décembre sur le site du CHU Tengandogo. Le thème central de ces deux grandes rencontres scientifiques est : « Maladie ulcéreuse gastroduodénale et Helicobacter Pylori ». 

La maladie ulcéreuse est de plus en plus fréquente en Afrique. Plus de 350.000 cas d’ulcère d’estomac et plus de 104.000 cas de gastrite ont été enregistrés en 2020 dans les formations sanitaires du Burkina Faso.  L’ulcère duodénal constitue l’un des motifs majeurs d’hospitalisation dans les hôpitaux. Sa complication peut entraîner des décès en cas d’hémorragie digestive. 

Ces rencontres constituent une opportunité de « développer la recherche, de disséminer les bonnes pratiques de prise en charge, d’actualiser les connaissances et de sensibiliser la population pour un changement de comportements… », a indiqué le Pr Apollinaire Sawadogo, président de la SOBUHGEED. Une des nouveautés lors de ce congrès, c’est l’organisation d’une session au profit des infirmiers aides-endoscopistes pour renforcer leurs capacités en entretien des équipements d’endoscopie, a ajouté le président du Congrès.

Ce sont 45 communications orales et 45 communications affichées qui seront passées en revue pendant ces 48 heures d’échanges entre spécialistes venus de la Belgique, Benin, Congo, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, RCA, RDC, Tchad, Togo et des 13 régions du Burkina Faso.

Organisés en mode présentiel et virtuel, ces deux congrès devront « déboucher sur des recommandations à même d’orienter les politiques publiques en matière de santé », espère le Dr Wilfried Ouédraogo, le secrétaire général du ministère de la santé, représentant le ministre de la santé.

Une mention spéciale a été faite à l’endroit de madame le professeur Rhimou Alaoui, présidente de la SAHGE pour son engagement personnel. Un vibrant hommage a été rendu au professeur Alain Bougouma, pour son rôle précurseur dans la formation des spécialistes tant au Burkina Faso que dans d’autres pays africains. Le Burkina Faso compte 55 hépato gastro-entérologues, répartis dans chacune des 13 régions, sans oublier les 27 qui sont en spécialisation.

Toutefois, le renforcement des formations sanitaires en plateaux techniques adaptés constitue un défi dont la résolution permettra aux praticiens de déployer leur savoir-faire au profit de la population.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *