Search
lundi 8 juillet 2024
  • :
  • :

Dermatologie-vénérologie : « C’est le seul service où on hospitalise à Ouagadougou», révèle le chef de service, le Pr Pascal Niamba

Créé en 1990, le Service Dermatologie a erré longtemps dans plusieurs bâtiments avant de se stabiliser dans ses propres locaux en 2003. Entouré de ses collaborateurs, le patron des lieux, le Pr Pascal Niamba, qui a mis les petits plats dans les grands, pour accueillir le Dg, Ousmane Néré, ce mardi 1er mars 2023 pour un tour complet de l’état des lieux et des préoccupations de fonctionnement de son service.

Dans la présentation projetée par le Pr Muriel Ouédraogo, on apprend qu’en quatre années ce sont 42344 patients ont été vus dans le service qui comporte 14 lits, révélant ainsi le volume d’activités qui s’y mènent.  

Le Service est organisé comme suit.  On y assure sept consultations externes du lundi au vendredi dont 6 consultations de dermatologie générale et une consultation pour les Pv-VIH. L’une des particularités en Dermatologie ce sont les consultations les après-midi, notamment pour la dermato-pédiatrique, la dermatocosmétique, les phanères et les allergies. En plus des consultations en ambulatoire, les dermatologues à la demande, se rendent dans les autres services cliniques pour des avis.

Dans le volet RH, on note que le Service compte entre autres 5 médecins spécialistes, 11 infirmiers, 3 GFS , d’une secrétaire et 22 médecins en années de spécialisations. En plus du besoin de renforcement des effectifs exprimé, le Service a plaidé pour une formation du personnel sur les soins spécifiques en Dermatologie.

Dans un contexte de fortes demandes en soins dermatologiques, surtout avec des patients de plus en plus exigeants, le service de Dermatologie a d’énormes besoins en équipements spécifiques et infrastructures non encore résolus.

Le chef de service a lancé un cri de cœur en demandant à la direction générale d’être plus à l’écoute car certains problèmes sont posés depuis des années sans que des solutions ne soient trouvées. Il s’agit entre autres des problèmes de mobiliers, de climatiseurs, d’équipements spécifiques pour les soins.

Aujourd’hui, « l’hospitalisation, certains soins spécifiques, la prise en charge des malades invalides et grabataires ne se font que dans  le Service de Dermatologie du CHU-YO et non ailleurs à Ouagadougou », révèle le Pr Niamba. Il est évident aussi que la Dermatologie reste «la référence dans la prise en charge de certaines pathologies car les gens n’ont pas où aller si n’est ici », a-t-il savoir.

Il faut souligner qu’en Dermatologie, le personnel est à l’étroit, où pratiquement les médecins sont deux par bureau. A titre illustratif, la salle d’accueil sert à la fois de salle d’archives et de pansement.  Autrement dit, l’augmentation du volume des activités n’a pas été suivie par une extension des infrastructures. En plus de l’infrastructure qui nécessite un coup de pinceau, le Service exprimé le besoin d’avoir un local de réanimation et deux trois containers pour résorber son problème de locaux.

Lors de la visite guidée, on a noté que l’état général de la literie n’est pas jugé bon. Les toilettes du personnel et des malades ne sont pas fonctionnelles, obligeant certains malades à aller hors du service, quand cela est possible physiquement, pour faire leurs besoins. L’intimité des patients doit être renforcée avec des paravents de séparation. Le service a demandé la dotation en ustensiles de bain des malades, ce qui évitera à ces derniers de dépenses onéreuses.

Les dépenses (cotisations) effectuées par le personnel pour soutenir les malades et améliorer les conditions de travail et de séjour des patients s’élèvent 2, 6 millions en quelques années.

Une longue liste des équipements médicaux et techniques, de matériels informatiques et numériques, de matériels spécifiques pour l’Unité interventionnelle, a été dressée. Le chef de Service a insisté sur l’acquisition d’un tissu à usage unique à mettre sur les matelas pour certains types de malades.

On retient également que la climatisation fait partie intégrante des soins en Dermatologie, à en croire le Pr Amina Ouédraogo. Pour les patients dont une bonne surface du corps est partie, brulée, ils ne peuvent pas résister à la chaleur des mois de mars avril mai qui arrivent. Sans climatisation dans les salles d’hospitalisation, on perd des malades.

Le Représentant des Travailleurs, Naby Nonguema, a fait une motion de félicitation au personnel vues leurs difficiles conditions de travail. Pour lui, le plus important est qu’on se focalise sur les initiatives qui seront entreprises pour améliorer les conditions de travail.

Le directeur général a adressé ses sincères félicitations au chef de service de là Dermatologie et aux agents qui y travaillent. Il a salué tous les efforts personnels faits pour soulager et soutenir les malades. Il a indiqué que plusieurs questions relevant du comité thérapeutique seront traitées au niveau de cette instance. Quant aux questions des toilettes et des commodités de travail, la direction générale va s’y pencher sérieusement afin que des solutions par paliers soient trouvées.

Service communication




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *